______________________

_________________________________________________________________________________

Pour accéder à mon site web

Pour accéder à mon site web
CLIQUEZ ICI

______________________

_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

mercredi 25 mai 2016

24 mai 2016, Une situation en demi-teinte...


Il y a un mois, j'avais déjà posé quelques hausses, sur les ruches qui manquaient de place. C'était sans compter sur ce printemps pourri que nous avons et qui perdure. Mitral, tramontane, du sud, d'est, du vent et encore du vent, presque tous les jours. Et des températures fraîches voire froides comme nous avons eues fin avril, début mai. Une partie des cerises a gelé ; noyers, jeunes chênes, figuiers, pommiers, vignes... tout a été en partie ou totalement brûlé par le gel, même les boutons des fleurs d’acacia ont souffert du gel !
Résultat, sur les 17 hausses posées, le miel que les colonies avaient commencé à y entreposer a été entièrement consommé. Seules 4 ruches ont encore du miel sur plusieurs cadres de hausses...
J'ai dû retirer 7 des 17 hausses et nourrir les colonies (sans hausse) qui n'avaient plus de réserve alors que le couvain occupait 8 voire 9 cadres.
Chez certains collègues, c'est le même constat, peu ou pas de miel. Lors d'un passage chez Nevière à Valensole, j'ai discuté avec une apicultrice qui fait de l'élevage de reines. Elle aussi me disait avoir retiré toutes ses hausses pour nourrir ses abeilles.
A l'Abeille Provençale, le cours prévu samedi sur la production et la commercialisation du miel a dû être annulé faute de quantités suffisantes à extraire...

J'ai pu faire quelques essaims artificiels mais je n'ai pas pu effectuer mes visites de suivi comme je l'aurais souhaité et faire toutes les divisions quand il aurait fallu les faire. Quatre colonies ont essaimé, du moins pour ce que j'ai pu observer.
Petite consolation, avec les divisions et les quatre essaims naturels récupérés, j'ai pu accroître mon cheptel à 35 ruches. Les essaims artificiels en cours de développement et l'élevage de reine pourraient me faire atteindre les 40 ruches voire un peu plus, d'ici la fin de l'année.
Il faut maintenant espérer que le mois de juin soit plus clément pour escompter une récolte. Sinon, ce sera partie remise à l'automne.

20 mai 2016, l'évolution de mes nuclei

En pleine période de fécondation, nous avons eu un temps pourri. De la pluie, du froid avec des gelées matinales et un vent quasi permanent. J'appréhendais l'ouverture des nuclei pour vérifier comment les reines s'en étaient tirées de leur sorties nuptiales. Ce temps délétère pouvait, en effet, fortement perturber leurs sorties.

La période durant laquelle la reine vierge est apte à la fécondation ne dure pas plus d'une dizaine de jours. Passé ce délai, c'est l'échec.
Durant ce laps de temps, elle effectue plusieurs sorties, se rendant sur les aires de rassemblement des mâles, qu'on appellent congrégations. C'est sur ces aires, en plein vol, qu'elle sera fécondée. L'accouplement se termine au sol par la mort du faux bourdon.
Lors de chacune de ses sorties, la reine s'accouplera plusieurs fois, recueillant le sperme de plusieurs mâles issus de ruchers différents. elle favorise ainsi le brassage génétique de sa descendance et limite les risques de consanguinité.
Après deux à trois jours de sorties quotidiennes, sa spermathèque* est suffisamment pleine pour lui garantir une ponte pour le reste de sa vie.


Quant à moi et pour mon plus grand plaisir, j'ai pu observer, rassuré, que six d'entre elles sont bien présentes et en ponte.
Jeunes, elles sont très minces et seul leur abdomen un peu plus long les distingue des ouvrières. C'est la première fois que je vois des reines à peine fécondées. Dans des nuclei hébergeant une poignée d'abeilles elles sont facilement repérables.
Après trois semaines de démarrage de la ponte, certaines colonies occupent déjà, en partie, les 5 cadres de la haussettes. Du couvain operculé est présent. Et les reines ont pris de l'embonpoint.
La vitesse à laquelle ces toutes petites colonies étirent les cires, stockent miel et pollen est vraiment remarquable. C'est beau à voir.

Sur 24 greffages puis 9 cellules royales je me retrouve avec 6 reines en ponte, soit 25% de réussite.

Je pense renouveler cette expérience d'ici peu. 
_______________________________________________
 *  réceptacle séminal, organe féminin de stockage des spermatozoïdes