______________________

_________________________________________________________________________________

Pour accéder à mon site web

Pour accéder à mon site web
CLIQUEZ ICI

______________________

_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

samedi 24 septembre 2016

24 septembre 2016, sauvetage inespéré d'une colonie pillée.

Suite à l'épisode de sécheresse que nous avons eu cet été, et qui d'ailleurs perdure encore malgré les dernières pluies, une de mes colonies avait considérablement diminué sa population. J'ai fait le choix de ne pas la réunir avec une autre colonie mais de la placer dans une ruchette tout en la laissant au rucher principal qui regroupe une trentaine de colonies. Première erreur !
Lors du nourrissement qui a suivi, ce qui devait arriver arriva malgré les précautions que j'avais prises de réduire à trois trous l'entrée et de nourrir systématiquement à la nuit tombée. Au matin, ma ruchette était en train de copieusement se faire piller. Deuxième erreur !
Dans une telle situation et face à autant de pilleuses, en principe, la reine et sa colonie succombent. Je me suis dit, perdue pour perdue autant tenter l'impossible. Après une brève hésitation, j'ai obturé l'entrée, empêchant les pilleuses d'y accéder mais également les empêchant d'en sortir.
J'ai pris ma ruchette et l'ai placée dans l'obscurité et au calme durant 48h tout en y rajoutant du sirop.
Deux jours plus tard, à la nuit tombée, je suis allé installer ma ruchette dans un rucher bien plus petit.
Quelques jours après, je suis allé voir le résultat. Non seulement la reine avait survécu mais en plus la population avait très nettement augmentée, renforcée par les pilleuses. A ce jour, RAS, la reine a repris sa ponte et la colonie est très active.
Avant cette tentative désespérée, je n'imaginais pas pouvoir sauver ainsi une colonie du pillage.

jeudi 8 septembre 2016

8 septembre 2016, premier bilan de cette année apicole

Avec septembre, l'année apicole touche à sa fin et un premier bilan s'impose. Il n'est pas brillant, c'est le moins que l'on puisse dire. Après l'enthousiasme à la sortie de cet hiver exceptionnellement doux accompagné de colonies fortes prêtes à remplir les hausses de nectar qui me permettait d'escompter une belle récolte, ce fut la désillusion.
Déjà, fin mai, je faisais le constat d'un printemps pourri sans miel à récolter. J'orientais mon espoir sur une récolte pour la fin de l'été début automne. C'était sans compter sur l'un des étés les plus secs que nous ayons eu. Il n'a pratiquement pas plu depuis juin. La campagne est désespérément sèche, brûlée par le soleil. Les arbres jaunissent et, phénomène que je n'avais jamais encore observé, les chênes les plus vulnérables meurent littéralement.
J'ai retiré les quelques hausses que j'avais laissé sur les colonies les plus fortes pour ne récolter que quelques kilos de miel. Et j'ai traité les ruches par la pose de lanières Apivar (traitement contre le varroa, acariens parasites des abeilles). D'ailleurs j'ai commis l'erreur de ne pas traité avant car j'avais encore l'espoir d'une récolte. J'ai ainsi perdu plusieurs colonies qui se sont effondrées.
Les essaims artificiels que j'ai faits et l'élevage de reines devrait me permettre de maintenir mon cheptel voire de l'augmenter légèrement (ça je le saurais d'ici peu de temps).

Quant aux colonies, leur activité est bien faible. Dans certaines ruches, les reines ont stoppé la ponte. J'ai donc décidé de nourrir au sirop. Chose surprenante, elles arrivent à dénicher des fleurs puisqu'elles rentrent du pollen, surtout en matinée. Mais les réserves sont maigres dans les ruches et bien inférieures à ce qu'elles étaient l'an dernier.

Pour discuter avec d'autres apiculteurs, bien plus expérimentés que moi, la situation est tout aussi difficile pour l'ensemble de la filière apicole. Certains n'ont récolté que la moitié voire un tiers d'une récolte normale. Je ne suis donc pas le seul dans cette situation. Bien maigre consolation...

2016 s'oriente donc pour être une année "blanche".