______________________

_________________________________________________________________________________

Pour accéder à mon site web

Pour accéder à mon site web
CLIQUEZ ICI

______________________

_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

lundi 10 juillet 2017

10 juillet 2017, l'activité dans les hausses


Jusqu'à présent j'ai beaucoup axé mon travail aux ruchers sur l'augmentation de mon cheptel et cela passait inévitablement par la division et donc l'affaiblissement de mes plus fortes colonies. Je n'ai donc pas posé de hausses au printemps comme j'aurais pu le faire ; sacrifiant la production de miel.
C'était mon choix.
Aujourd'hui, j'ai dépassé les 70 colonies et je pense atteindre les 80 d'ici la fin août.
Depuis fin mai début juin, j'ai cessé de diviser mes colonies souches (anciennes) car j'ai pu commencer à poursuivre les divisions à partir des essaims artificiels réalisés au printemps. Grâce à une météo particulièrement favorable avec quelques oranges bienvenus et un suivi attentif, la plupart de mes colonies souches ont pu ainsi suffisamment se reconstituer pour envisager la pose de hausses. C'est ce que j'ai pu commencer à faire. Et ce travail commence à produire ses premiers effets pour mon plus grand plaisir.
Les photos montrent l'activité dans les hausses.

Le rucher Saint-Gervais en fleurs :


mercredi 28 juin 2017

28 juin 2017, bilan à mi saison


En début d’année je m’étais fixé comme objectif d’augmenter mon cheptel afin d’atteindre, pour cet automne, les 60 colonies. A ce jour j’ai 67 colonies et je devrais encore pouvoir faire évoluer ce nombre. A priori et sauf problème majeur je suis en mesure de dire, dès à présent, que mes perspectives sont atteintes.

Il me reste encore un bon mois pour poursuivre ce travail et si je peux atteindre les 80 colonies pour septembre cela me permettrait d’aborder l’hiver avec plus de sécurité et sérénité. En prenant en compte les éventuelles pertes hivernales, je pourrai disposer d’une base solide pour poursuivre en 2018 ce travail d’évolution de mon cheptel dans l’optique d’atteindre 100 à 120 ruches, tout en consacrant dès le printemps une partie des colonies à la production de miel, ce que je n’ai pas pu faire cette année. Mais c’était mon choix, miel ou abeilles, il me fallait choisir.

J’ai tout de même pu poser quelques hausses depuis peu et si l’été est clément, je pourrai produire du miel.
Le montage photos présente l'ensemble de mes 6 ruchers.

mardi 6 juin 2017

2 juin 2017, mon rucher d'élevage...


Presque trente ruchettes...
A partir de maintenant je vais commencer à transférer une partie de ces essaims dans des ruches, la moitié. Et je vais consacrer l'autre moitié à poursuivre les divisions.

lundi 29 mai 2017

29 mai 2017, l'ensemble des photos prises le 16 avril

Voici l'ensemble des photographies prises le 16 avril dernier et réunies dans un petit montage vidéo.
La vidéo dure 6 min mais je pense que vous ne serez pas déçu et irez jusqu'au bout.
Je vous laisse découvrir...

mercredi 24 mai 2017

23 mai 2017, petit à petit mon rucher d'essaims artificiels s'agrandit


Mon objectif est d'atteindre une trentaine d'essaims d'ici cet été. J'ai bon espoir d'y arriver.
Pour l'instant, les colonies se développent bien et semblent apprécier cet emplacement.

lundi 22 mai 2017

21 mai 2017, la floraison du cornouiller sanguin


Le cornouiller sanguin est un arbuste très répandu. En vieillissant, ses rameaux se teintent d'un rouge vif. Ses fleurs blanches sont regroupées en ombelles. Par chez moi, la floraison survient courant mai. Son fruit est une petite bais bleu-noir non comestible.
C'est un arbuste mellifère à forte odeur qui donne un miel très, très fort en goût.



vendredi 12 mai 2017

12 mai 2017, mon rucher d'essaims artificiels


Voici mon rucher où j'y installe mes essaims artificiels.
Situé dans le nord-est de ma commune, il est à plus de 3km de mes autres ruchers. L'environnement se partage entre culture et bois/garrigue. Il y a par exemple des champs de luzerne et de sainfoin. Une mare se trouve à moins de 100 m.
A ce jour, mon taux de réussite des EA que j'ai réalisés s'élève à 91%. 
Je n'effectue pas de contrôle à 4 jours pour vérifier si l'essaim a fait des CR, mais à 1 mois pour vérifier s'il y a de la ponte et s'il y a une reine que je marque.

jeudi 11 mai 2017

11 mai 2017, l'aubépine est en pleine floraison


Ça y est, par chez nous l'aubépine est en pleine floraison, pour le plus grand plaisir de nos avettes. Elles y récoltent nectar et pollen. Voici quelques photos prises à proximité de mon rucher principal.

"Les fleurs de l’aubépine produisent de grandes quantités de nectar et de pollen. L’aubépine étant par ailleurs une espèce commune et à la floraison très abondante, elle constitue une plante mellifère de tout premier plan au mois de mai, et est activement visitée par les abeilles." *
* Sources : http://www.abeillesentinelle.net/imgfr/plantes-melliferes-727.pdf


mardi 9 mai 2017

08 avril 2017, installation de mon 6ième rucher


Il y a quelques semaines, j'ai été contacté par Francis C. qui possède quelques terrains, à Jouques, sur une commune proche de Beaumont pour me proposer d'y installer des ruches. Après une visite des lieux, mon choix s'est porté sur cet emplacement. 
C'est un lieu isolé, exposé plein sud et protégé par un bosquet d'arbres. La flore de la campagne environnante est très riche et très variée. Quasiment aucune culture intensive aux alentours, de nombreuses prairies/jachères, des lotissements à 1 km et une rivière à 80m font de ce lieu un bel emplacement pour les abeilles.
Je viens d'y installer 12 colonies.


Exemple de champs à proximité :



mercredi 19 avril 2017

19 avril 2017, premiers résultats du travail réalisé par Thierry Auriol

Voici un petit aperçu du travail réalisé par Thierry Auriol, parmi 150 clichés.
Je diffuserai l'ensemble des photos dans une vidéo que je suis en train de monter.



dimanche 16 avril 2017

16 avril 2017, séance photos au rucher


Aujourd'hui, Thierry est venu prendre en photos mes petites pensionnaires. Dès que j'aurai le résultat de son travail je le partagerai avec vous. Je me languis car Thierry est un passionné de photographie et réalise de superbes clichés.
Malgré un très léger vent, les abeilles étaient très calmes. Nous avons pu ouvrir deux ruches que j'ai divisée récemment.

Je suis en train d'installer un rucher de 12 ruches sur la commune de Jouques. Ce nouvel emplacement m'est gentiment prêté par Francis C. qui m'a contacté via mon site web.

Comme prévu, j'augmente mon cheptel. Si mes essaims artificiels (essaims créés par division de mes plus fortes ruches) prennent, je devrais atteindre les 45 à 50 colonies d'ici un mois.

jeudi 23 mars 2017

22 mars 2017, premiers essaims artificiels

Le printemps est là et bien là. Pour l'instant, les conditions climatiques sont bien plus belles que celles observées l'an dernier. Les températures fluctuent entre 0° et 8° pour les minimales et entre 14° et 20° voire 21° pour les maximales. Nous avons eu quelques jours venteux, sans plus. Les sols sont humides et la végétation explose. Ce sont-là des conditions optimales pour les colonies.

Je vais éviter de reproduire l'erreur commise l'an dernier à vouloir produire du miel (en vain) plutôt que de privilégier le développement de mon cheptel. Depuis mes visites de printemps, je conduis donc les colonies dans l'optique de produire un maximum d'essaims artificiels (EA).
Sur mes ruchers, vu les miellées abondantes et les conditions climatiques favorables, je n'ai pas fourni aux colonies du sirop pour stimuler la ponte. Par contre, j'ai veillé à faire régulièrement de la place pour les reines et leur couvain, par un suivi environ tous les 10 jours, quitte à retirer des cadres de provision. Je suis plutôt satisfait du résultat. Et j'espère que cela va continuer dans les semaines à venir.

Aujourd'hui, j'ai pu commencer à faire mes premiers essaims artificiels. En tout, 6 E.A. que j'ai installés sur un nouvel emplacement situé au nord-est de la commune et éloigné de 3 km à vol d'oiseau de mes plus proches ruchers. 
J'ai mis dans une 5c, une partition et un cadre tiré (en rive), deux cadres de couvains avec leurs abeilles (un majoritairement fermé et un disposant d'un maximum d’œufs) + un cadre de provision avec ses abeilles (pollen et miel). Plus le volume d'un cadre d'abeilles que j'ai fait tomber dans la ruchette (pris sur un cadre de provision).
Je contrôlerai l'émergence des reines à partir du 4 avril. Et si tout est parfait, les reines devraient commencer leur ponte à partir du 15 avril (second contrôle).
Je reconduirai cette opération chaque fois que les colonies auront atteint 5 cadres de couvain.


Et j'ai aussi commencé à appliquer la méthode Riondet, sur l'un de mes ruchers, qui consiste à produire des EA à partir de colonies conduites en ruchettes. Je fournis, depuis une vingtaine de jours, 2 litres de sirop à 20% que je renouvelle dès qu'il est consommé. Là aussi, contrôle régulier du couvain et de la place disponible pour la ponte. Il faut être vigilent car avec cette méthode la ponte explose. J'ai pu voir sur l'une des colonies, un cadre entièrement rempli de ponte très très fraîche. Il y a deux jours, j'ai transféré dans des 6c. 
La semaine prochaine, il se peut que certaines colonies soient suffisamment bien développées pour que je puisse rajouter, au dessus du corps, un second corps dans lequel je monterai les cadres de couvain operculé.
L'objectif et de produire des EA à partir de ces colonies conduites sur 2 corps de ruchette 6 cadres. Je vais essayer d'adapter cette méthode. J'envisage de créer 2 EA de 2 cadres de couvain chacun chaque fois que la colonie atteint 7 cc.
On conduit ainsi ces colonies (sans arrêter le nourrissement 20%) jusqu'au milieu de l'été.
J'ai bien sûr acquis le matériel pour faire autant d'essaims.

lundi 13 mars 2017

12 mars 2017, Visite de printemps, bilan hivernal et perspectives


Pruneliers, amendiers, saules, buis, romarins sont en fleurs. Les buissons, comme les aubépines, ne vont pas tarder. La fausse roquette termine sa floraison. La nature est en train d'exploser.

Aux ruchers, j'ai fini les visites de printemps. Les pertes sont plus importantes que celles que j'avais prévues. J'ai perdu 5 colonies. Pas de maladies observées, mais des pertes dues à la mort de reines (trois ruches bourdonneuses) et à l'effondrement subit que je ne m'explique pas d'une colonie (l'une de mes plus fortes). La 5ième perte est une colonie trop faible que j'avais hésité à réunir.
L'expérience de la saison dernière durant laquelle j'ai voulu à tout prix produire du miel, en vain, et ces 5 pertes m'amènent à revoir ma conduite des ruchers. Je vais consacrer l'activité de mes colonies à faire des essaims artificiels et non à produire du miel. Il me faut augmenter mon cheptel. Mon objectif est d'atteindre les 60 colonies pour l'automne. Cela se fera donc au détriment d'une production de miel.
Pour y arriver, je vais utiliser les techniques classiques de dédoublement. Prélèvement par colonies de trois ou quatre cadres mis en ruchette.
Je vais aussi essayer la méthode que propose Jean Riondet [http://apiculture.beehoo.com/mars-les-colonies-explosent.htmlsur son blog qui consiste à produire des essaims artificiels à partir de colonies conduites en ruchette.
J'ai déjà commencé à partir des colonies dont les reines sont issues de mes greffages de l'an dernier. Pour l'instant elles sont encore en ruchette 5c. Dès que possible je les place en 6c. Elles sont nourries au sirop à 20% afin de stimuler la ponte des reines.

vendredi 17 février 2017

16 février 2017, reprise de la saison apicole


Depuis quelques jours, l'activité a repris aux ruchers.
Après la fausse roquette qui n'en finit pas de fleurir, de nouvelles sources de pollen arrivent, avec la floraison des noisetiers, du romarin et des premiers amandiers. Cette diversité donne le signe aux reines de reprendre leur ponte.
Pour l'instant, mon travail se limite encore à suivre la consommation des réserves par les colonies et à continuer à leur fournir un appoint en candi. Cet hiver, par rapport à l'hiver dernier, j'ai pu constater qu'elles en ont consommé deux fois moins.
Concernant les pertes hivernales, à ce jour je n'ai perdu qu'une ruche. J'espère que ce printemps sera plus clément que celui de l'an dernier car je compte produire suffisamment d'essaims artificiels pour doubler mon cheptel.
A ce titre, je recommande le livre de Bernard Nicollet : développer et maintenir des ruchers en apiculture naturelle.


lundi 2 janvier 2017

2017 est là !


Allez, on va espérer une bonne année apicole, bien meilleure que ne l'aura été 2016.
En ce début 2017, mes colonies sont belles, et je croise les doigts pour limiter au minimum les pertes hivernales. Aussi j'entame ma quatrième année d'apiculture confient et j'espère pouvoir enfin vous fournir en miel !