______________________

_________________________________________________________________________________

Pour accéder à mon site web

Pour accéder à mon site web
CLIQUEZ ICI

______________________

_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

jeudi 23 mars 2017

22 mars 2017, premiers essaims artificiels

Le printemps est là et bien là. Pour l'instant, les conditions climatiques sont bien plus belles que celles observées l'an dernier. Les températures fluctuent entre 0° et 8° pour les minimales et entre 14° et 20° voire 21° pour les maximales. Nous avons eu quelques jours venteux, sans plus. Les sols sont humides et la végétation explose. Ce sont-là des conditions optimales pour les colonies.

Je vais éviter de reproduire l'erreur commise l'an dernier à vouloir produire du miel (en vain) plutôt que de privilégier le développement de mon cheptel. Depuis mes visites de printemps, je conduis donc les colonies dans l'optique de produire un maximum d'essaims artificiels (EA).
Sur mes ruchers, vu les miellées abondantes et les conditions climatiques favorables, je n'ai pas fourni aux colonies du sirop pour stimuler la ponte. Par contre, j'ai veillé à faire régulièrement de la place pour les reines et leur couvain, par un suivi environ tous les 10 jours, quitte à retirer des cadres de provision. Je suis plutôt satisfait du résultat. Et j'espère que cela va continuer dans les semaines à venir.

Aujourd'hui, j'ai pu commencer à faire mes premiers essaims artificiels. En tout, 6 E.A. que j'ai installés sur un nouvel emplacement situé au nord-est de la commune et éloigné de 3 km à vol d'oiseau de mes plus proches ruchers. 
J'ai mis dans une 5c, une partition et un cadre tiré (en rive), deux cadres de couvains avec leurs abeilles (un majoritairement fermé et un disposant d'un maximum d’œufs) + un cadre de provision avec ses abeilles (pollen et miel). Plus le volume d'un cadre d'abeilles que j'ai fait tomber dans la ruchette (pris sur un cadre de provision).
Je contrôlerai l'émergence des reines à partir du 4 avril. Et si tout est parfait, les reines devraient commencer leur ponte à partir du 15 avril (second contrôle).
Je reconduirai cette opération chaque fois que les colonies auront atteint 5 cadres de couvain.


Et j'ai aussi commencé à appliquer la méthode Riondet, sur l'un de mes ruchers, qui consiste à produire des EA à partir de colonies conduites en ruchettes. Je fournis, depuis une vingtaine de jours, 2 litres de sirop à 20% que je renouvelle dès qu'il est consommé. Là aussi, contrôle régulier du couvain et de la place disponible pour la ponte. Il faut être vigilent car avec cette méthode la ponte explose. J'ai pu voir sur l'une des colonies, un cadre entièrement rempli de ponte très très fraîche. Il y a deux jours, j'ai transféré dans des 6c. 
La semaine prochaine, il se peut que certaines colonies soient suffisamment bien développées pour que je puisse rajouter, au dessus du corps, un second corps dans lequel je monterai les cadres de couvain operculé.
L'objectif et de produire des EA à partir de ces colonies conduites sur 2 corps de ruchette 6 cadres. Je vais essayer d'adapter cette méthode. J'envisage de créer 2 EA de 2 cadres de couvain chacun chaque fois que la colonie atteint 7 cc.
On conduit ainsi ces colonies (sans arrêter le nourrissement 20%) jusqu'au milieu de l'été.
J'ai bien sûr acquis le matériel pour faire autant d'essaims.

lundi 13 mars 2017

12 mars 2017, Visite de printemps, bilan hivernal et perspectives


Pruneliers, amendiers, saules, buis, romarins sont en fleurs. Les buissons, comme les aubépines, ne vont pas tarder. La fausse roquette termine sa floraison. La nature est en train d'exploser.

Aux ruchers, j'ai fini les visites de printemps. Les pertes sont plus importantes que celles que j'avais prévues. J'ai perdu 5 colonies. Pas de maladies observées, mais des pertes dues à la mort de reines (trois ruches bourdonneuses) et à l'effondrement subit que je ne m'explique pas d'une colonie (l'une de mes plus fortes). La 5ième perte est une colonie trop faible que j'avais hésité à réunir.
L'expérience de la saison dernière durant laquelle j'ai voulu à tout prix produire du miel, en vain, et ces 5 pertes m'amènent à revoir ma conduite des ruchers. Je vais consacrer l'activité de mes colonies à faire des essaims artificiels et non à produire du miel. Il me faut augmenter mon cheptel. Cela se fera donc au détriment d'une production de miel.
Pour y arriver, je vais utiliser les techniques classiques de dédoublement. Prélèvement par colonies de trois ou quatre cadres mis en ruchette.
Je vais aussi essayer la méthode que propose Jean Riondet [http://apiculture.beehoo.com/mars-les-colonies-explosent.htmlsur son blog qui consiste à produire des essaims artificiels à partir de colonies conduites en ruchette.
J'ai déjà commencé à partir des colonies dont les reines sont issues de mes greffages de l'an dernier. Pour l'instant elles sont encore en ruchette 5c. Dès que possible je les place en 6c. Elles sont nourries au sirop à 20% afin de stimuler la ponte des reines.